PORT ESPIGUETTE
Le forum qui dit tout sur le port privé du camping de l'Espiguette, sur la pêche, la chasse et la plongée de Palavas à Fos 
PORT ESPIGUETTE Index du Forum  
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
CES NAUFRAGES SANS EPAVES
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PORT ESPIGUETTE Index du Forum -> TOUT SUR LA BAIE D'AIGUES-MORTES (pêche, chasse, plongée, apnée ...) -> LES COINS REMARQUABLES DANS LES 6 MILLES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Ven 16 Mar - 18:30 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

PRESENTATION DU SUJET:
Le monde marin regorge de légendes. Certains naufrages en sont issus. Mais beaucoup sont la triste réalité de ce milieu si dur. Une épave est le témoin toujours présent de ces infortunes de mer et elle pousse à la recherche de la vérité. Mais pourtant, combien d'accidents n'ont laissé qu'un simple écrit, qu'un bout de débris.
Notre zone, particulièrement dangereuse, compte beaucoup de ces histoires. Je vais vous mettre en ligne ici et régulièrement les renseignements que je détiens. Ce n'est peut-être pas toujours la vérité car au fil du temps elle s'est embrouillée. Mais ça fait partie du patrimoine de notre baie et de sa région.
Qui sait, un jour peut-être, quelqu'un retrouvera l'épave grâce nous et mettra le point GPS ...
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 16 Mar - 18:30 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
lomdurone
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Aoû 2010
Messages: 1 722
Localisation: Arles/Le Grau du Roi
Sexe: Masculin
Votre âge: 67 ans

MessagePosté le: Sam 17 Mar - 14:54 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

LE MYSTÈRE DE SARA

On connaît la légende de cette barque sans voile ni rames, chassée de Palestine après la mort du Christ, qui accosta le rivage camarguais. À son bord se trouvaient Marie Salomé, mère des apôtres Jean et jacques le Majeur, Marie Jacobé - selon saint jean la sœur de la Vierge , Marie-Madeleine, Lazare et sa sœur Marthe, ainsi que Maximin et Joseph d'Arimathie qui transportait le Saint-Graal. Les avis divergent sur la présence de Sara la Noire à bord. Était-elle leur servante? Était-elle égyptienne? "Sara campait avec sa tribu en pleine forêt de pins parasols, à l'endroit où s'élève aujourd'hui Aigues-Mortes. Avertie miraculeusement elle courut vers la mer et, s'étant dévêtue, elle étendit sur les vagues sa robe qui la porta vers les saintes. Baptisée de leurs mains, elle les conduisit au temple païen où affluaient les grands pèlerinages de sa race." Il est plus vraisemblable que Sara appartenait à une tribu celto-ligure indigène, et fort probable que Marie Salomé et Marie Jacobé, restées pour évangéliser la région, aient transformé l'autel païen en oratoire chrétien.

_________________
la dialectique de l'instant nous permet d'apercevoir cette nécessité comme l'unité du possible et ainsi surgit l'immédiateté de la perception du principe de la vitesse d'atteinte
en gros : "bon dieu c'est l'heure faut y aller"
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Sam 17 Mar - 15:01 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Okay


LA LEGENDE DES SAINTES MARIES DE LA MER


En l’an 45, chassés de Palestine , Marie-Madeleine, disciple de Jésus,  son frère Lazare  le  ressuscité, sa soeur Marthe, Maximin , l'un des 12 disciples, Marie Jacobée, sœur de la Vierge, Marie Salomé , mère des apôtres Jacques  et Jean,  Sarah la noire, leur servante, Joseph d’Arimathie  qui, selon la légende, avait emporté un vase, le Graal , avec lequel le Christ célébra sa dernière Cène  et dans lequel on recueillit son sang sur le calvaire, Marcelle , Sidoine , et d'autres encore, embarquèrent sur une barque démâtée et sans rame. Avec l'aide de Dieu, le navire traversa sans dommage la Méditerranée  et s'échoua en Camargue en 48. La présence de Sarah sur la barque est controversée. Une autre légende raconte que les naufragés furent accueillis par Sarah la noire, qui devint la servante des Maries. 
Le débarquement des Saintes Marie, relève plus de la légende que de l'histoire, il est issu de la tradition et ne figure nullement dans la Bible. Le culte des trois Marie débute dès 513, lorsque l'évêque d'Arles, Césaire, chargé d’évangéliser les campagnes,  crée une église aux Saintes-Marie-de-la-Barque.


_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Mar 20 Mar - 10:17 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant




Il n'y a aucune autre information sur ce bateau et son naufrage. Dans les annales du sauvetage maritime, ce naufrage n'y est pas mentionné laissant supposer que ce brick américain a sombré en laissant juste cette bouteille à la mer avec son message qui n'ont été trouvés que 10 jours plus tard par hasard.
Où est passé le "WASHINGTON"  Question
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Lun 26 Mar - 17:05 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Dim 25 Mar - 18:59 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Nuit du 3 au 4 mai 1751, des vents du Sud ou de l’Est excitait une terrible tempête qui couvrait le ciel et l’eau de l’obscurité la plus profonde « …ce qui dérouta et fit perdre la carte à trois maistres des bâtiments … Il tomba au cap de l’Espiguette au milieu de Terreneuve et à deux lieues d’Aigues-Mortes un vaisseau anglais nommé « Elisabeth » du port de 100 tonneaux … chargé de bled d’Angleterre. » Des 9 hommes d’équipages seuls le capitaine et trois matelots survécurent au naufrage advenu au milieu de la nuit. Le pilote avait grimpé « sur les vergues pour se lancer à l’eau. En sautant il s’engagea les pieds dans les cordages. Il est mort ainsi suspendu, étouffé dans son sang qui s’était porté à la tête. … » Les officiers de l’amirauté lui firent « donner une sépulture sur le rivage, étant de la religion anglicane. La mer a jeté sur les plages les cadavres des trois matelots qui se sont noyés en venant à la terre. Ils ont été pareillement inhumés sur les grèves. Il n’a paru aucun vestige du mousse, jeune enfant d’environ quinze ans qui a disparu depuis la tempête… La cargaison fût totalement perdue. »
Il s’était également échoué « le même jour et à la même heure, sur la même plage, à deux coups de fusils de distance du premier , un autre vaisseau anglais nommé « Le Prince-de-Galles » du port de 160 tonneaux, monté de dix hommes d’équipage, capitaine compris, également chargé de blé et pareillement arrivé en droiture de l’Angleterre ; n’ayant relâché dans aucun port il n’avait pu embarquer de pilote lamaneur « ayant pratique de ces côtes. Tous les hommes se sont sauvés. Trois ont gagné le rivage à la nage. Les sept autres sur un radeau fait à la hâte pendant la tourmente avec mâts du vaisseau, liés avec des cordages. Ils ont flotté sur l’eau entre la vie et la mort, sans pouvoir aborder la terre pendant plus de six heures … il y avait plus de vingt-quatre heures que ces pauvres gens n’avaient pris aucune nourriture quand ils se sont réfugiés dans les cabanes des pescheurs au Grau du Roy. On désespéra de sauver la cargaison. Mais le peu de bled échoué qui se put ramasser, vendu à vil prix, fut d’une grande ressource à la communauté d’Aigues-Mortes qui se trouvait dans la dernière misère ».
L’inclémence de la mer ne borna pas au naufrage de ces deux bâtiments anglais les sinistres de cette fatale journée. Surpris par la tempête à laquelle il ne s’attendait pas, un petit bateau français, nommé « Saint-Nicolas », monté par 4 hommes, alla se fracasser contre les pierres de la jetée Ouest du Grau du Roy. Tout l’équipage fût sauvé, mais le bâtiment et la cargaison furent totalement perdus. 


Vous avez là 3 naufrages importants qui n'ont laissé aucune épave connue. 
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Lun 26 Mar - 17:06 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Lun 26 Mar - 11:08 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Effectivement en deux siècles et demi, le trait de côte s'est considérablement déplacé vers le Sud-Ouest. Je vous donne des points de repère.




1863 
 
 
 
 
Construction du sémaphore de l’Espiguette. Il est doté d’un système de transmission dérivant du télégraphe de Chappe et mis au point par Dupillon en 1800. Il comprend un mât orientable muni de trois ailes articulées et un disque permettant d’utiliser trois séries de 342 signaux (soit plus que le système Chappe qui ne comporte que 92 signaux). Au sommet de la tour du sémaphore, le mât dépasse de 10 mètres au-dessus de la chambre de veille et chaque aile mesure 4 mètres. A l’opposé, se trouve le mât pour hisser les drapeaux. (extrait des annales maritimes source SNSM)






1866 


 
 
 
 
Décidés en 1860, les travaux du phare de l’Espiguette débutent en 1866. Il a été nécessaire de construire un chenal pour amener les matériaux dans cet endroit isolé de tout. En plus des difficultés liées au milieu, les travaux ont traîné en longueur car l’ingénieur des Ponts et Chaussées qui supervisait le chantier s’était épris de l’une des filles de l’entrepreneur. Comme il ne plaisait pas à la famille à cause de sa foi protestante, il a tout fait pour ralentir les travaux afin de rester le plus longtemps possible auprès de la jeune femme, ruinant ainsi le maçon Charles DUPUIS (ou DUPUY) (1816 – 1881). La jeune femme, prénommée Elaïs, est morte en 1870, soit un an après la mise en service du phare, à peine âgée de 27 ans, sans que l’on connaisse les causes de son décès. 
(extrait du livre Mémoire en Images LE GRAU DU ROI de Frédéric Simien aux éditions ALAN SUTTON)
  
 
 
 
Le phare fut mis en service le 1° janvier 1869. L’axe de la tour se trouvait à 155 mètres de la limite des basses mers. Au même instant, on éteint le phare du Grau qui devint fanal de vieil. Son extinction était justifiée par l’établissement, dès 1858, d’un fanal sur le musoir du môle oriental, lui-même doublé en 1872 par un second feu de port sur l’autre jetée. Ils furent l’un et l’autre remplacés en 1968 par les deux phares actuels. 
(extrait des annales maritimes source SNSM)
 
 
 
 
Il y a de fortes présomptions pour que les épaves de ces deux bateaux anglais soient sous le sable. Tous à vos pelles  Okay
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Lun 26 Mar - 11:36 (2012); édité 4 fois
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Mar 27 Mar - 18:16 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Pour rebondir sur les affirmations de daguarda, je vous mets les grandes lignes de l'histoire du Grau du Roi. Il s'agit vraiment de points d'histoire car de tout temps, les hommes se sont battus contre l'ensablement de la baie cause de nombreux naufrages car les bancs bougeaient. De plus les phares ont toujours été mal placés.
 
1229, Saint-Louis fonde Aigues-Mortes, pour implanter  un grand port méditerranéen de commerce avec l'Orient. Je vous dis de suite qu'il ne verra jamais les remparts que nous connaissons.
1241, les travaux sont entrepris. Les plans d’une nouvelle ville ont été tracés, en même temps que  La Tour de Constance . On s’occupe également de l’agrandissement et de l’aménagement du port. Sous l'impulsion des Génois, qui fournirent bateaux et équipages pour la croisade, le port connut un essor rapide. Il devint une étape importante sur les routes maritimes reliant Gênes, Montpellier et Barcelone, une sorte d'entrepôt international pour le commerce avec la Syrie et les autres pays du Levant et une base d'échange sur la route des foires de Champagne.
Le port d'Aigues-mortes se composait de trois parties distinctes :
1° Une rade foraine, abritée des vents et des coups de mer au large par un rocher sous-marin parallèle à la plage. (le banc de roches devant La Grande Motte)
2° Un grand chenal sinueux de 10 kilomètres de développement, qui conduisait d'Aigues-mortes à cette rade dans laquelle il avait son embouchure naturelle. ( la sortie du Ponant au pont des abimes)
3° Enfin, le port proprement dit, situé à l'emplacement des étangs  et protégé par la tour de Constance, dont la plate-forme était surmontée d'une tourelle servant de phare.
1248, la Tour de Constance est achevée. Elle est surmontée d’une tourelle  « le pharo ».  C’est le premier phare de la région, « une flamme eut coutume de brûler toute la nuit pour diriger sûrement les navigateurs ».  Une flotte est  réunie dans ce port et les environs. Elle se compose de 1800 dromons,  nefs,  sélandres,  gallées, galions, galéasses ou  barges.
1580, les eaux du Rhône pénètrent en grande abondance dans l’étang du Repausset, et se frayent un passage pour déboucher à la mer, à travers le consac de Gagne Petit. (Cela deviendra le Grau du Roi)
Octobre 1585, vient à surgir au bord de la mer, entre Aigues-Mortes et Mauguio, un gros poisson mort blessé par un coup de canon. Il a une longueur de 27 pas, de la hauteur de trois hommes, tellement qu’un homme à cheval entre facilement dans la gorge. On ne connaît  pas le nom de cet étrange poisson.
6 Octobre 1598, le financement de travaux fut ordonnancé, par Henri IV. A partir de ce moment, la nouvelle embouchure qui était désignée sous le nom de "Grau Gagne Petit" ou "Des Consuls" prit le nom de "Grau Henry".
Dans les années 1630,  le Grau Henri prend le nom de Grau du Roi.
Le 14 juillet 1727, les travaux  dans la mer de deux môles empierrés débutent.
Le 22 avril 1728  la première barque catalane entre dans le port. Mais 3 mois après, le chenal est déjà ensablé.
1809, construction d’un premier sémaphore, rive droite du canal. Il sera désactivé en 1861. Le sémaphore de l’Espiguette sera construit en 1863 et reconstruit en 1883. Désactivé une première fois en 1911, remis en service durant la guerre de 14/18, il est définitivement désarmé en 1920 pour être détruit en 1989 et remplacé par le bâtiment actuel.
A partir de 1832, le détournement du Vidourle qui se jetait dans l’étang de Mauguio, provoque un effet de chasse et concourt au dégagement de la passe. Les tendances à l’ensablement du Grau s’estompèrent.
Le 8 septembre 1828, le phare du Grau du Roi fut finalement  allumé. Son inauguration a été perturbée par une invasion de moustiques qui a fortement incommodé les autorités. Il cessa de briller le 31 décembre 1868 à minuit, passant le relais au phare de l’Espiguette.
1845, le chenal de la Grande Roubine, canal reliant Aigues-Mortes au Grau du Roi, est approfondi et partiellement rectifié, lui donnant son aspect définitif. En mer, les môles sont renforcés pour pouvoir faire face à un trafic de plus en plus important.

Durant ces deux siècles, la population se limite à quelques familles nomades de pêcheurs, qui fixèrent l’ossature du futur village, et à partir de 1825, les travaux de détournement du Vidourle vont y permettre les débuts d’une vie sédentaire, regroupant près d’un tiers d’émigrés italiens à la fin du siècle. En 1848, la bourgade compte 500 habitants. En 1853, la paroisse est détachée d’Aigues-Mortes et le 18 juillet 1879 le Grau du Roi gagne son autonomie. La commune compte 700 habitants. 
 
Dès 1858, établissement  d’un fanal sur le musoir du môle oriental, lui-même doublé en 1872 par un second feu de port sur l’autre jetée. Ils furent l’un et l’autre remplacés en 1968 par les deux phares actuels.
 
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Dim 1 Avr - 10:16 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant




Le 28 décembre 1784, le vaisseau anglais Catherine-Cecile a pu faire  naufrage sur la côte d'Aigues- Mortes, au Sud de l’Espiguette.


Il n'y a pas d'autre renseignement sur ce navire qui a disparu.


A demain, pour une nouvelle énigme  Okay
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Sam 21 Avr - 13:58 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Sam 21 Avr - 20:49 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

28 septembre 1846, le navire français « Thérèse-Hortense », capitaine MOUROU, fait naufrage au Grau-du-Roi. Les frais de sauvetage ont été liquidés le 26 mai 1847. Je n'ai pas d'autres informations  Crying or Very sad  
 
 
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Sam 28 Avr - 15:32 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
palangrote
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 22 Avr - 17:11 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

j ai trouvé la perte d'un brig EMILE dans la baie D'Aigues Mortes, mais  pour la date du 04 décembre 1862 Question
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Sam 28 Avr - 15:30 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Le 28 novembre 1862, le navire « MARIUS » fait naufrage au Grau du Roi. Je n'ai pas d'autres informations. Si vous en trouvez, je suis preneur. 

_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Ven 11 Mai - 20:04 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

1er  janvier 1886.  

Le canot de sauvetage du Grau du Roi a effectué deux sorties pour prêter assistance à des bateaux-boeufs de pêche qui avaient été signalés en détresse, par suite d'une violente tempête, mer très grosse, qui s'était déclarée dans la nuit du 30 décembre entre le phare de L’Espiguette et les Saintes Maries. La première de ces sorties a eu lieu le 31 décembre, à dix heures et demie du matin, pour porter secours au bateau Paul-Jules, de Cette, ayant quatre hommes d'équipage et un mousse, qui avait sombré. Arrivé à une heure de l'après- midi sur le lieu du sinistre, le canot y trouva le bateau-boeuf de pêche la Sainte-Antoinette, patron Berd, qui s'y était aussi rendu pour opérer le sauvetage, mais qui ne put malheureusement recueillir que le patron, qui était resté dans la mâture avec le mousse; celui-ci ayant voulu, dans la nuit, se sauver à la nage avait disparu. Les trois marins s'étaient également jetés à l'eau avant l'arrivée des secours ; l'un d'eux se noya, un autre mourut à terre, n'ayant pu résister à la fatigue et au froid  et le troisième put seul se sauver. Rentré à cinq heures du soir, le canot de sauvetage est reparti le lendemain matin, 1er janvier, à cinq heures du matin, pour aller porter des vivres à deux bateaux-boeufs qui étaient au mouillage au même lieu, avec de fortes avaries, et qui sont parvenus cependant à rentrer dans le Grau du Roi. Dans ces deux sorties, dirigées par le patron PALANQUE (François), le canot s'est bien comporté et les canotiers, qui ont fait preuve de zèle et de dévouement, méritent des éloges. — Dans la première sortie, l'équipage comprenait les canotiers : PALANQUE, François, patron, BENEZECH, Pierre, PALANQUE, Marius, ESTELIE, Marcelin, SERVAN, Paul, MORELLE, Victor, MALABAVE, Octave, ISARD, Louis, sous-patron, VERBAL, Louis, ROGER, Joseph, SPAGNOLO, Josep  
 
La seconde sortie comprenait le même équipage, à l'exception des nommés MALABAVE, VERBAL et SPAGNOLO, qui ont été remplacés par les nommés HENRI (Paul), GRANIER et SIMÉON.  
 

_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Dim 17 Juin - 13:53 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
eric*34
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 12 Mai - 11:35 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

en cherchant un peu suite à la solution,je suis tombé là-dessus:
http://issuu.com/pidudu/docs/plaquette_2012
cela peut vous intéresser.
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Mar 12 Juin - 15:50 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Le 4 Octobre 1889, le cargo espagnol « BUENAVENTURA » en provenance d’Alicante, s’échoue sur la plage d’Aigues-Mortes, à 8 milles à l’Est du phare de l’Espiguette, par grosse mer. Le navire s’est ensuite ouvert. L’équipage de 17 hommes et les 2 passagers se sont sauvés à la nage, après que les canots aient été renversés. Il n’y a aucune information sur une éventuelle intervention du canot de sauvetage du Grau du Roi. 
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Dim 17 Juin - 13:51 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Dim 17 Juin - 13:51 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Le 12 septembre, à 8 heures du matin, le bateau «La Bonne Mère», patron SELLIER (Eugène), matelots FLAUGÈRE (Albert) et CAUSINO (Michel), sombrait à six kilomètres de la côte, pendant un très violent orage, par une pluie intense et une forte rafale.  

Le bateau bœuf « L'Espérance » se trouvait à une certaine distance ; le patron VIGLIOLA (Louis), entendant des cris et négligeant pour lui et son équipage le danger à courir, se porta aussitôt dans la direction d'où provenaient ces appels désespérés. Montant, alors pour mieux voir au sommet du mât, et croyant apercevoir un objet flottant sur l’eau, il se dirigea vers cet objet qui n'était autre qu'un pauvre naufragé auprès duquel se trouvaient ses deux camarades. Les trois malheureux avaient pu s'accrocher à un panneau et se débattaient, depuis une demi-heure, dans une mer rendue très grosse par la violence de l'ouragan.  
 
A leur vue, le patron VIGLIOLA (Louis) débarque son petit canot et malgré le danger qu'il peut courir, s'aventure seul sur cette frêle embarcation. Il parvient à sauver les malheureux naufragés qui auraient infailliblement péri sans son intrépide et courageuse intervention.  
 
Le patron VIGLIOLA (Louis) et son équipage, après avoir donné aux naufragés, absolument exténués, des vêtements et les soins nécessaires, regagnèrent le port où les attendaient de vives félicitations.  
 

_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !


Dernière édition par CHISPA le Lun 18 Juin - 11:48 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
eric*34
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 17 Juin - 22:52 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

c'est des récits comme je les aime Okay
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Lun 18 Juin - 08:03 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Enfin, il y en a un qui suit  Okay . La suite avec la prochaine énigme  Idea
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Lun 18 Juin - 11:49 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

NOUVELLE ENIGME


Fanny est venue ce jour-là sauver « Les trois frères »
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
eric*34
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Dim 24 Juin - 19:43 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

"les trois frères" est il un sinago(petit bateau de pêche à voile muni de deux armatures)construit en 1943 ?
Revenir en haut
CHISPA
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mar 2010
Messages: 3 272
Localisation: ESPIGUETTE
Sexe: Masculin
ça donne la pêche
Votre âge: 57 ans

MessagePosté le: Dim 24 Juin - 20:27 (2012)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES Répondre en citant

Le bateau "les trois frères" était un bateau de pêche local qui pêchait à la "trasse" durant son naufrage ...
_________________
Mon Dieu, faites que j'attrape un poisson si grand que je n'ai plus besoin de mentir !
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:35 (2016)    Sujet du message: CES NAUFRAGES SANS EPAVES

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    PORT ESPIGUETTE Index du Forum -> TOUT SUR LA BAIE D'AIGUES-MORTES (pêche, chasse, plongée, apnée ...) -> LES COINS REMARQUABLES DANS LES 6 MILLES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
-- Template created by dav.bo=> Fish --